about

.

Sur mon travail

Les trois films que j’ai réalisés en tant que réalisatrice indépendante sont ancrés dans une continuité: les rapports contemporains entre la France et les anciennes colonies du continent Africain. Ce questionnement est nourrit par mon histoire et celle de ma famille sur lesquelles je reviens de façon critique continuellement. Je ne fais pas de films “sur l’Afrique” mais sur l’Europe/ la France et les rapports complexes de pouvoir, d’identités en miroir, qui découlent d’une histoire non résorbée, en devenir. De ce fait je ne filme plus sur le continent Africain, étant convaincue que l’occident devrait être en retrait quant à la production d’images trop souvent européo- centrées sur des sujets qui devraient être traités et mis en images par les gens concernés.

Mon dernier film, Jeux de rôles (56 min, 2015, HD vidéo), est un essai documentaire biographique et autobiographique sur l’aide humanitaire en période néo-coloniale. Je pars de mon expérience personnelle au Mali- qui avait donné lieu à mon premier film N’tamat, (43 min, 2005-2008, Vidéo) – et de celle de Kévin et Bruno, qui entrent en carrière dans l’humanitaire avec un stage dans une ONG à Lomé, Togo.

En revenant sur le passé colonial et esclavagiste de ma famille, je questionne dans cinq chapitres, le fonctionnement psychologique et sociétal du système d’aide humanitaire tel qu’il s’est développé depuis les indépendances.

Suite à N’tamat qui relatait en 17 séquences l’année que j’ai passée dans le Nord du Mali, et où j’avais entre autre enseigné le français à des enfants touaregs, j’ai réalisé Le maître ignorant- commentaires (71 min, 2011, HD Vidéo) une interprétation libre du livre de Jacques Rancière. Le film est une parabole sur l’autorité, l’enseignement et le langage, un essai documentaire sur le système scolaire français en France et dans 3 anciennes colonies françaises (le Bénin, le Sénégal et le Congo Brazzaville) qui questionne le rôle de la francophonie dans ces pays.

Dans mes films, j’attache une importance particulière au son, au rapport entre le texte parlé et le texte écrit. Je casse volontiers la narration linéaire de mon propos, pour un récit désarticulé qui donne place à une interprétation libre dans un rythme retenu, en syncope, qui laisse du temps, du silence pour le texte.

Les repérages, la rencontre avec les protagonistes et tournage sont pour moi le lieu d’un travail de réflexion sur la durée, en collaboration étroite avec les personnages principaux.

De 2004 à 2007 j’ai travaillé en tant qu’assistante réalisatrice pour une société de production de films documentaires à Paris, ce qui m’a donné certaines bases et l’envie de faire des films. Mais je suis autodidacte en matière de cinéma. Je réalise et produis mes films de façon indépendante, avec des moyens réduits, prenant en charge moi-même l’ensemble du processus de réalisation.

.


Bio

Jordane Maurs (*1979) vit et travaille à Berlin depuis 2007. Elle a étudié la littérature et l’ethnologie à l’université Paris 7 Denis Diderot, (Département LAC- Littérature, Art et Cinéma). Dans le cadre de recherches sur la poésie des femmes touarègues, elle a vécu un an dans le Nord du Mali où elle a tourné le film N’tamat (2005-2008). Cette expérience l’a menée à une réflexion sur le rôle de la francophonie dans les anciennes colonies françaises, thème qui habite son deuxième film en tant que réalisatrice indépendante, Le maître ignorant – Commentaires (2011).

Autodidacte en matière de cinéma, elle produit et réalise depuis 2007, des films habités par les thèmes liés au néo-colonialisme. En dehors de ses activités en tant que réalisatrice, Jordane Maurs travaille aussi en tant que dramaturge et dirige des workshops à thèmes sociaux et politiques avec le film et la photographie comme support.

2012- 2015 elle a développé le film Jeux de rôles, un essai documentaire biographique et auto-biographique sur le travail des ONG dites de développement en période néo-coloniale. 

.

Travaux choisis en tant que réalisatrice/productrice indépendante, Berlin

Jeux de rôles, 56 min, 2015, HD vidéo; essai documentaire biographique et auto-biographique sur le travail des ONG dites de développement en période néo-coloniale. 

Le maître ignorant – Commentaires, 71 min, 2011, HD vidéo; une parabole sur l’autorité, l’enseignement et le langage, le discours éducatif et le discours colonial, librement inspiré du livre du même nom du philosophe Jacques Rancière.

N´tamat, 43 min, vidéo, 2005 – 2008. 17 séquences sur une année passée dans le Nord du Mali.

 Avec Key-light et Novi Production, Paris

La divine, 26 min, vidéo, 2004. Documentaire sur la compositrice chinoise Xu Yi. Key Light, „ZZ“ & Arte productions


.

.

Photo