Jeux de rôles

 

.

.

56 min, 2015, HD vidéo

Réalisation, image, montage, JORDANE MAURS
Production, JORDANE MAURS, BASIA JANISCH

.

“Jeux de rôles” est un essai documentaire biographique et autobiographique sur l’aide humanitaire en période néo-coloniale. La réalisatrice part de son expérience personnelle et interagit avec Kévin et Bruno, qui entrent en carrière dans l’humanitaire avec un stage dans une ONG à Lomé, Togo.

Kévin a 20 ans, il a passé 4 ans dans l’armée Française en tant qu’« opérateur sonar ». Bruno a 22 ans, il vient de finir son service civique.

Les tournages – avant et après leur séjour au Togo – ont eu lieu dans les locaux de leur centre de formation, La plateforme d’insertion par l’humanitaire et la coopération, à Romans-sur-Isère.

Ils forment un tandem parfois uni, parfois en désaccord mais leur complicité, leur proximité est tangible dans les regards, dans les gestes qu’ils échangent. Certaines séquences se focalisent sur ce langage corporel, d’autres sur leurs voix, montées sur fond noir, où le texte de leurs paroles est retranscrit partiellement.

Jeux de langages et langage corporel s’entremêlent dans un discours cinématographique parfois abstrait qui ne montre pas forcément l’objet de sa recherche et où le spectateur doit lui même chercher les clés des éléments proposés. Le film accorde une importance particulière au son et au texte, au rapport entre le langage parlé et le langage écrit, dans un rythme syncopé qui laisse une place au silence avec ou sans image, où les paroles énoncées peuvent raisonner et reposer dans un temps vide et libre pour l’interprétation.

En partant de son histoire personnelle et de son expérience avec le travail humanitaire dans un prologue où sont montrées furtivement des images de son séjour au Mali en 2005-2006, la réalisatrice questionne aussi le passé colonial de sa famille. Depuis la révolution Haïtienne en 1884 avec son aïeul Charles Levèfre Desnouettes jusqu’à aujourd’hui avec un de ses cousins établi à Haiti et travaillant pour Médecins Sans Frontières, on comprend que la continuité et la répétition de certains schémas ou trajectoires, ne relèvent pas du hasard et que les aspects néo-coloniaux du travail humanitaire, ne sont qu’un exemple parmi d’autres dans le monde contemporain globalisé.

.

.

.